• Je dis les RAMOS DIT LAURENT, encore et toujours, mais peut-être pas? Peut-être sont-ce les LENOIR, les RAGOT, ou simplement les RAMOS, qui géraient cette succursale?

    L'objet de ma curiosité, c'est ce magasin : LE FAMILISTERE succursale N°27

    Les RAMOS DIT LAURENT, encore et toujours...

     

    Je situe la photo dans le 51 ou le 08 en 1924, puisque l'enfant que je suppose être mon oncle, est né en novembre 1924, et mes grand-parents se sont mariés le 21 juillet 1923.

    L'homme qui tient la bicyclette, je ne sais pas encore qui c'est.

    Viennent ensuite à main droite, mon grand-père Charles, son épouse Jeanne avec le bébé, et ensuite la dame me fait douter ; s'agit-il de Julie Célestine LENOIR, l'épouse de mon aa-grand père Jean Hubert, ou de Marie Stéphanie RAGOT, l'épouse de mon a-grand-père Victor?

    Les RAMOS DIT LAURENT, encore et toujours...

    Ces deux portraits sont un peu plus récents que la photo du magasin Familistère....

     

    Mes recherches sur le net, au sujet des "Familistères" n'est pas très productive, mais je vous mets ici, quelques endroits à visualiser, qui pourraient nous guider, vers des renseignements plus précis.... :

    http://chris59132.canalblog.com/tag/Familist%C3%A8re

    ou

    http://www.reimsavant.documentation-ra.com/?tag=goulet-turpin-familistere-comptoir-francais

    ou

    http://www.lanouvellerepublique.fr/Loir-et-Cher/Actualite/Economie-social/n/Contenus/Articles/2013/07/21/Le-Familistere-la-grande-epicerie-blesoise-1555330

    Malmené par l'arrivée explosive d'une nouvelle forme de distribution, Le Familistère va entrer dans une phase décisive.
    Le système succursaliste, né aux Docks Rémois en 1888, sous l'appellation Familistère, couvre une partie de l'Hexagone. En 1945 on dénombre 1.500 commerces à cette enseigne en France. Blois en compte une trentaine. Ils sont approvisionnés par 40 camions verts, frappés d'une livrée rouge. Ces véhicules légendaires, propriété des Docks de Blois, livrent aussi le département et assurent la noria entre la gare et les quais de chargement avenue Gambetta. Ils transportent 35 wagons de marchandises par semaine. Jusque dans les années soixante, il fait bon vivre dans ces épiceries de quartier où on trouve tout. Dans le langage populaire d'époque, on allait au Familistère et non à l'épicerie.

     

    j'ai aussi trouvé un diaporama intéressant ICI :

    http://www.leroy-goulet-turpin.com/index.php?photo=concurrents&concurrents=familistere#gallery

    ou encore ça :

    http://www.thilay.fr/page/107/commerces.html

    puis ça :

    https://books.google.fr/books?id=R72JLWYLqpsC&pg=PT147&lpg=PT147&dq=origine+magasin+familistere&source=bl&ots=kv0bNikEjz&sig=rVEOj39dASzxOF_P0Pn7JrJe3rY&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiXrfiGy4vVAhXBI1AKHWqlCpEQ6AEIYjAJ#v=onepage&q=origine%20magasin%20familistere&f=false

     

    Bref, je recherche tout sur la succursale n° 27 qui se situe... je ne sais pas où...

    Merci à tous

    PS: ne t'inquiète pas Bernadette, je vais appeler les chambres de commerce "Marne, Reims et Ardennes, poser des questions....

     

     

     

     

     


    1 commentaire
  • Pierre RAMOS DIT LAURENT mon sosa 64

    Un patronyme dont j'étais fière, et auquel, chacun à son tour, prêtait une légende ou une autre...

    Un aïeul qui me donne du fil à retordreEnfant, j'entendais parler de RAMOS DI LAURENTI, une noblesse Italienne francisée... Comme il était doux de me savoir descendue d'une vicomtesse... mes rêves les plus fous allaient bon train.

    A l'époque, la généalogie m'était inconnue.

    Toutefois, un jour, mon oncle et parrain "JO", le frère de ma mère, se découvre une nouvelle passion : la généalogie.

    Bien sur, en ce temps-là, internet n'existait pas, et les documents, il fallait aller les chercher sur place en montrant patte blanche ; demander des copies manuscrites ou photocopiées, les classer, les retranscrire à la main...

    Tonton avait plus d'un tour dans son sac, et venait de changer d'épouse... Une épouse qui travaillait en Mairie et au bon endroit. D'où l'aisance qu'il a eut pour se procurer quelques précieux documents.

    A ce jour, il a quitté ce monde à son tour, dans des conditions plus ou moins suspectes "d'empoisonnement", je n'ai donc pas eu le temps de profiter de son savoir.

    Mais qu'à cela ne tienne, je découvre depuis peu la généalogie, et je m'y plonge à fond!

    On pourrait penser que cela intéresse toutes les familles, mais je constate, qu'à l'heure d'aujourd'hui, les préoccupations existentielles de chacun, les détournent de ce qui pourrait leur être d'une grande aide pour l'avenir... Mais il y a un age pour tout, disaient les anciens, et puis j'ai toujours été un peu différente, tournée vers d'autres sphères, d'autres mondes, ouverte sur "le manège enchanté" de la vie (dans mon enfance, nous avions un chien qui s'appelait POLLUX, ça ne s'invente pas....). alors qu'à cela ne tienne, je suis à présent sur le navire avec pour capitaine : Moi,

    pour moussaillon : Moi aussi,

    Il ne me reste qu'à encourager l'équipage, VOUS! mes ami(e)s généalogistes, pour ramer dans le bon sens

    .... et vogue la galère, nous y arriverons!

    Un aïeul qui me donne du fil à retordre

     

    Bien plus tard, après l'épisode de mon Tonton Jo, j'ai rencontré ma grand tante, nièce de mon grand-père Charles, qui elle m'a raconté que l'origine du patronyme venait de l'histoire de deux frères ou cousins, qui arrivaient d'Espagne, s'installaient en France et ouvraient chacun un commerce... Pour cela, ils ont décidé, d'un commun accord, de distinguer leur deux officines, l'un en s'appelant RAMOS et l'autre RAMOS DIT LAURENT. Elle avait l'air sure d'elle et comme sa réputation de femme à la mémoire d'éléphant la précède, j'ai pris argent comptant, ce qu'elle me disait. Aujourd'hui, j'imagine que ses parents et grand-parents lui racontaient de jolies histoires??

     

    Alors, pour en revenir à Pierre RAMOS DIT LAURENT, Sosa 64, il s'agit de mon aaaa (4 fois arrière) grand-père paternel, après il y a mon grand-père, le mari de ma grand-mère Jeanne SIMON.

    Il serait né aux environs des années 1789-1791 à Murcia en Espagne. C'est ce que j'en déduis après lecture des différents documents que j'ai trouvé.

    Mais comment s'appelait-il vraiment? J'ai découvert au début de mes recherches que certains de ses enfants portaient le patronyme LAURENT, d'autres le patronyme RAMOS, et encore d'autres le patronyme RAMOS DIT LAURENT... Et pour couronner le tout, certains sont nés en Belgique, d'autres en France.

    Il s'est marié en Belgique à Vedrin, le 15 janvier 1816 avec Anne Joseph LANSCOTTE, mais à ce jour, je n'ai trouvé qu'un document assez difficile à déchiffrer le confirmant, et c'est un acte paroissial.

    Là,  il s'appelait Pierre RAMM.... Quelle embrouille...! Et petit détail qui a son importance, sur l'acte, ci-dessous, il est dit qu'il est veuf...? En France? En Espagne? En Belgique ? ou ailleurs?

    Il m'est impossible de trouver l' acte civil de ce mariage à Vedrin en Belgique (si quelqu'un y parvient, merci par avance).

    Un aïeul qui me donne du fil à retordre

     

    Anne Joseph LANSCOTTE, l'épouse, est née à Vedrin (Belgique) le 02 janvier 1792, de léonard L'HANSKOTTE et de Marie Thérèse THIRIONET, acte ci-dessous :

    Un aïeul qui me donne du fil à retordre

    Je pense que Pierre et Anne Joseph ont eu plusieurs  enfants ; ma liste n'est pas exhaustive...

    • Anne marie LAURENT née vers 13 avril 1817 à Vedrin (Belgique)
    • Jean Joseph LAURENT né le 3 février 1821 à Namur (Belgique)

    Un aïeul qui me donne du fil à retordre

     

    • mon aaa grand-père Victor né à Rethel en 1825 (Ardennes) qui lui aussi a été déclaré Victor LAURENT.

    Un aïeul qui me donne du fil à retordre

    Il est décédé sous le nom de Victor RAMOS  et fils de Laurent RAMOS et Anne LANSCOTTE.

    Un aïeul qui me donne du fil à retordre

    • Philippe LAURENT né à Mézières, le 04 avril 1830

    Un aïeul qui me donne du fil à retordre

    Au décès de Pierre RAMOS DIT LAURENT, un des témoins était son fils Philippe, né aussi sous le nom de Philippe LAURENT, mais qui a demandé une rectification de son patronyme en 1857 au tribunal...

    Un aïeul qui me donne du fil à retordre

    annotation à son acte de naissance :

    "par jugement rendu sur les conclusions du Ministère public par le tribunal civil de Charleville à son audience publique du 27 août 1857, il a été dit que c'est par erreur que dans l'acte ci-contre, le père comparant a été indiqué sous le nom de LAURENT et il a été jugé que son nom est RAMOS et que par conséquent, l'enfant dont la naissance est constatée par le dit acte, doit s'appeler Philippe RAMOS et non Philippe LAURENT.

    Pour mention certifiée conforme faite en exécution du jugement, Charleville le 1er septembre 1789..."

    Et là un MERCI particulier à Edith, qui est allée me chercher le jugement à Charleville Mézières! Sans la solidarité, nous serions peu de chose lol.

     

    Mais, 100 fois MAIS.... Si les RAMOS s’appellent à présent RAMOS DIT LAURENT, il a du y avoir un nouveau passage dans un tribunal pour accrocher DIT LAURENT à RAMOS?

     

    voilà à peu prés où j'en suis de cette recherche qui bloque ma remontée, car tant que je ne sais pas :

    où il est né réèllement?

    sa date de naissance exacte en Espagne?

    ses différents patronyme espagnol, car en Espagne, un seul nom n'est pas correct?

    le nom de sa soi-disant épouse décédée?...

    je ne découvrirai pas le nom de ses parents, et par conséquent, la branche est bloquée à la date de son mariage 1816!

     

    Je compte sur vous! et je me tiens à votre disposition quand à d'éventuelles questions que vous souhaiteriez me poser... MERCI!

    Un aïeul qui me donne du fil à retordre

     

     

     

     

     


    3 commentaires

  • Mon sosa n°5 est ma grand-mère :


    Jeanne Marcelle Olga SIMON

    Elle est née le 30 août 1899 (mercredi) - Reims, 51454, Marne, Champagne-Ardenne, France
    et décédée le 23 août 1984 (jeudi) - Saussan, 34295, Hérault, Languedoc-Roussillon, France , à l’âge de 84 ans.

     

    SIMON Jeanne sosa 5

    Elle et moi...

     

    Ses parents :

    Jules SIMON, né le 27 juin 1859 (lundi) - Saint-Clément-à-Arnes, 08378, Ardennes, Champagne-Ardenne, France, , Homme d'équipe en région chemin de fer, pour lequel je n'ai toujours pas les renseignements concernant sa carrière, ni la date de sons décés...

    Marie Madeleine FISCHER, née le 21 août 1861 (mercredi) - Bergheim, 68028, Haut Rhin, Alsace, France, décédée le 30 août 1926 (lundi) - Reims, 51454, Marne, Champagne-Ardenne, France à l’âge de 65 ans, Femme de chambre

     

     

    SIMON Jeanne sosa 5

    SIMON Jeanne sosa 5


    elle s'est mariée le 21 juillet 1923 (samedi), Reims, 51454, Marne, Champagne-Ardenne, France,

    avec Charles Clément , né le 29 janvier 1901 (mardi) - Reims, 51454, Marne, Champagne-Ardenne, France, décédé le 20 septembre 1987 (dimanche) - Balaruc-les-Bains, 34023, Hérault, Languedoc-Roussillon, France à l’âge de 86 ans

     

    Ils ont eu 4 enfants :


    1. Jean Georges robert,

    2. Michel Claude , mon papa,

    3. Jacques Jean Victor,

    4. Monique Marie Madeleine.

     



    Elle avait 1 frère et 1 sœur :

    • Julia Albertine SIMON 1888-1979 et Gaston Albert SIMON 1890-1967, mais sur le livret de famille en ma possession, Gaston n'y figure pas....



    Aperçu de l'arbre avec en fond, la maison où elle a vu le jour pour la première fois :

    SIMON Jeanne sosa 5

     

    Je réalise à présent, que je ne savais pas grand-chose sur elle.

    Elle était grande et mince. aux yeux gris-bleus, toujours élégante, avec des broches, des écharpes...

    Elle vivait là à Montpellier : on la voit ici sur son balcon, avec son fils Jacques...

    SIMON Jeanne sosa 5

     

    Elle était assez secrète...

    SIMON Jeanne sosa 5

     

    Il me reste tant de choses à découvrir sur Jeanne....

     


    1 commentaire
  • Gaston SIMON occupe toutes mes recherches à présent, et les généalogistes savent Oh combien, "toutes mes recherches", veut aussi dire, "toutes mes pensées".

    champéry en Suisse

     

    Qui était-il? Je sais :

    le frère de ma grand-mère Jeanne,

    fils de Jules SIMON et de Marie Madelaine FISCHER,

    né le 12 Mars 1890 à Saint Hilaire au Temple (51) voir ICI

    décédé le 22 Janvier 1967 à Abbecourt (02) voir ICI  à l'age de 77 ans.

    Employé "aux chemin de fer" du 12 Mai 1920 au 01 octobre 1939

    marié une première fois le 20 Août 1921 avec Marie Louise VIDAL à Bois-Colombes (92)

    remarié ensuite le 18 juin 1937 avec Mélanie LEPETIT à bois-colombes (92)

     

    Et me voilà arrivée à une curiosité "légitime", l'internement qu'il a subit, en Suisse à Champéry (voir ICI).

    la seule chose que je sais, c'est le recto de la photo, ci-dessous :

    champéry en Suisse

     

    En cherchant sur le net, j'ai trouvé cet article de blog trés intéressant, mais il ne répond pas à ma question : Où était-il interné?

    http://envelopmer.blogspot.fr/2014/10/internement-des-prisonniers-de-guerre.html

    et aussi : 

    http://hopitauxmilitairesguerre1418.overblog.com/2014/01/la-suisse-et-l-internement-des-prisonniers-de-guerre-allies-malades-et-blesses-1914-1918.html

     

     

    Champéry (c. Valais, Suisse) - (343, 25 août 1916) Français et Belges : Hôtel des Alpes (F). Hôtel Valais (F). Hôtel Champéry (F). Hôtel Victoria (F). Hôtel Dent du Midi (F, Belg). Hôtel Berra (F). (F-128, 20 déc. 1917 ; 345, 25 juin 1918 ; 342, 10 nov. 1918).

    je trouve ça ici : http://hopitauxmilitairesguerre1418.overblog.com/2014/01/suisse-1914-1918-localites-occupees-par-les-internes-fran%C3%87ais-belges-et-anglais-blesses-et-malades-%E2%80%93-lettres-a-%C3%A0-k.html

     

    Bref, je ne suis pas rendue....

    Quelqu'un aurait-il une idée de l'endroit où je pourrais trouver le nom de l'établissement de Champery Suisse?

    Et en savoir plus sur son internement et son rapatriement?

    Merci par avance....

     

    J'ai la tête en ébullition...

    champéry en Suisse


    votre commentaire
  • J'ai adressé une demande de renseignement à :

    SNCF - STRATEGIE FERROVIAIRE-SERVICE ARCHIVES DOCUMENTATION - SARDO -CENTRE NATIONAL DES ARCHIVES DU PERSONNEL 26 Rue du Lieutenant Pasquet CS 50007- 34500 Béziers CEDEX

    et j'ai reçu une réponse.... par entièrement satisfaisante, puisqu'elle ne concerne qu'un seul des 3 prétendants lol. Mais je suis ravie quand même.

    Cheminots "petite suite"

     

    En effet, souvenez-vous qu'au début j'avais des difficultés à retrouver la trace de Gaston SIMON  (CLIC ICI), le frère de ma grand-mère JEANNE... et bien à présent, je sais presque tout sur lui ; ça a pris du temps, mais peu à peu, on y arrive.

     

    cheminots petite suite

     

    Quand je dis que je sais tout, je m'avance un peu, car sans votre aide, je ne sais si je parviendrai à déchiffrer le document, que je vous présente, ci-dessous :

    J'apprends sa formation d'aide comptable, comme mon frère , ma mère et mon grand-père... Moi, je suis fâchée avec les maths.

    J'obtiens aussi les dates et noms de ses épouses , mais il me manquera encore la date de décès de Mélanie?

     

    Cheminots "petite suite"

    Par contre la case en face intitulée "prénom et date de naissance des enfants", me semble bizarre, et vous?

    Ils parlent de son service militaire, mais je ne comprends pas tout.

    Je suppose qu'il est rentré au chemin de fer du 12 mais 1920 au 01 octobre 1939?

    Ensuite il y a eut 5 ans de guerre?

    Puis 1 ans d'.... ?

    Et 2 ans de service militaire?

    Le tampon ; "nouvelle affiliation 12 mai 1929" ??

    avec après, pour moi tout un charabia, je ne sais pas déchiffrer. Sauf, il me semble pouvoir lire "Paris St lazare batig"?

    maladie?

    médaille d'honneur d'argent : savez-vous à quoi ça correspond?

    et sa retraite qu'il prend le 01 octobre 1939.

     

     

    cheminots "petite suite"

     

    Je vous avais parlé du recto d'une photo de Gaston que revoici : que peut signifier "internement"? et quelle date lisez-vous?

    cheminots "petite suite"

    cheminots "petite suite"

     

    Je n'ai toujours rien en ce qui concerne les carrières de cheminots de son père et son grand-père.... Mais ça viendra.

     

    Cheminots "petite suite"

    La personne qui m'a envoyé le mail me dit :

    "- les recherches effectuées dans nos fonds se sont hélas révélées négatives concernant Messieurs SIMON JULES et SIMON JEAN NICOLAS HIPPOLYTE. En effet nous ne conservons que très peu de dossiers d’employés du chemin de fer nés avant 1870.

     

    Pour poursuivre vos recherches, vous pouvez contacter le Cercle Généalogique des Cheminots, Association Loi de 1901, qui dispose d’une base de données « nos ancêtres cheminots », alimentée par le travail bénévole de ses adhérents.

    CERCLE GÉNÉALOGIQUE DES CHEMINOTS

    9 rue de Château-Landon - 75010 PARIS

    Tél. : 01.58.20.51.29 - S.N.C.F. : 71.21.29

    genealogie.cheminots@laposte.net   http://genealogie.cheminots.free.fr/

     

    Par ailleurs, des dossiers de carrière de cheminots sont conservés par les Archives Nationales du Monde du Travail à Roubaix. Toutefois, seule une consultation sur place est possible.

    ARCHIVES NATIONALES DU MONDE DU TRAVAIL

    78, boulevard du Général Leclerc - 59057 ROUBAIX"

    Cheminots "petite suite"

     

    Alors, soit mon amie Edith va pouvoir aller me trouver ces documents, soit je ferai un courrier.

    Et par avance, MERCI à tous ceux qui pourront m'aider à déchiffrer ce document, afin que j'en sache plus sur ses affectations, sa maladie, etc....

    J'éprouve un réel bonheur à réhabiliter mes aïeux dans la mémoire de mes descendants... Je ne savais rien d'eux ou seulement quelques indiscrétions que j'ai réussi à glaner durant mon enfance, et je regrette fort de ne pas les avoir rencontré. Par chance, j'ai hérité de nombreux documents, photos... Merci Jeanne!

     

    Cheminots "petite suite"

     

     

    Cheminots "petite suite"

     

     

     


    4 commentaires
  • Et oui, de SIMON à FISCHER, juste une génération.

    En effet, Jeanne SIMON, ma grand-mère paternelle, avait des parents.

     

    De SIMON à FISCHER

     

    De SIMON à FISCHER

     

    De SIMON à FISCHER

     

     

    Bon, Jules poursuit sa lignée en SIMON...

    ...et Marie Madelaine, dont nous avons déjà parlé dans un article précédent, est une "FISCHER"!

     

    Nous reviendrons donc sur les SIMON, lorsque j'aurai réponse des cheminots (voir ICI), et en attendant, nous allons faire un tour du coté des FISCHER....

     

    Marie Madeleine est née, un beau jour (ou pas), le 21 août 1861 dans la jolie ville de Bergheim.

    De SIMON à FISCHER

    Et là, mon sang ne fait qu'un tour.... j'explique.

    Souvent, en écoutant parler de généalogie, il est dit que certaines choses sont expliquées par la découverte de notre passé, de nos ancêtres. Et là, en l'occurrence, mon père et moi avons toujours été subjugués, voire amoureux, des géraniums hauts en couleurs, de Haute-Savoie. Nous passions en fait, presque toutes nos vacances d'été, du coté de Chamonix, le Lac des Bossons, la Mer de glace, l'Aiguille du Midi, etc... Je ne savais pas comment expliquer cette sensation de revivre et de respirer que nous ressentions tous les deux, en apercevant les paysages splendides que nous offrait la région.

    A présent, j'en ai une idée précise. Nos gênes et "nos engrammes parlaient"...

    En cliquant sur la photo, vous pourrez découvrir le site de la ville....

    Pour revenir à "mémé Marie-Madeleine",

    voici la traduction, certes incomplète, que j'ai pu faire du registre des naissances :

    "Aujourd’hui, 21 aout 1861, à onze heure du matin, devant nous Charles « Senterer » Maire et officier de l’État Civil, de la ville de Bergheim, a comparu Georges Fischer, tisserand, âge de 29 ans, lequel nous a présenté un enfant de sexe féminin, né en cette ville ce matin à 8 heure, de lui déclarant, et de Jeanne Stoeckel, sans état, âgée de 34 ans, conjoint domiciliée à Bergheim, auquel il a déclaré vouloir donner les prénoms de marie Madelaine, lesquelles déclaration et présentation, faite en présence de ....« martin vogel » « appariteur » âgé de 69 ans, et de Clément Pfeiffer, garde champêtre, âge de 54 ans, tous deux domiciliés en cette ville et… dont le père, les témoins signent avec nous, après lecture et interprétation."

    De SIMON à FISCHER

    Et là, encore, je réalise que nos vies sont remplies de petits signaux, dont on ignore souvent, et les tenants et les aboutissants.

    A l'age de 12 ou 13 ans, en camping avec mes parents, du côté de St André des Alpes, je suis tombée en amour, de l'animateur qui s'appelait J. Vogel. Oui un Vogel, comme un des témoins de la naissance de Marie Madeleine?

    Je vous rassure, il était adulte et moi encore une enfant, mais je ne l'ai pas oublié et je sais qu'il était Vosgien, en haut de la France, alors que moi je vivais dans le Midi.... lol

    A l'époque, j'aimais déjà prendre des photos, et il m'en reste, en noir et blanc avec le fameux personnage...

    Lorsque nous avons quitté le camping pour rentrer à la maison, dans la voiture, à la radio passait une chanson de C. Jérôme "Quand la mer se retire" (1969),  et j'ai pleurer tout mon soul.... Mes parents n'ont pas compris, ils ont mis ça sur le compte du retour à la maison.

    Bref, voilà un retour en arrière intense...

    Merci de m'avoir lu et à bientôt pour la suite de la saga de mes ancêtres!

     

     

     

     


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires